Site Paul-Valéry

Implanté au cœur du « campus » montpellierain, le site Paul-Valéry vous invite à évoluer au sein d’un ensemble architectural contemporain audacieux, labellisé en 2001 « Patrimoine architectural du XXème siècle » où la végétation méditerranéenne, l’eau et la pierre se mêlent pour servir d’écrin aux œuvres d’arts qui embellissent les différents parcs, patios bâtiments et mettre en valeur les lieux d’échange, de création et d’expression à l’image de la bibliothèque de Lettres, du Musée des Moulages, du Théâtre professionnel La Vignette ou de la Maison des étudiants.

Extrait de l’étude de Jean-Paul Midant – Etudes et Conseils pour le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (mars 2012):

Les 7 points forts du patrimoine de l’Université Paul-Valéry (site route de Mende)

  • Ce campus vaut pour sa composition d’ensemble établie au début des années 1960 sans altération majeure depuis lors , compacte, dont les principes de fonctionnement sont aisément compréhensibles par les usagers.
  • Organisé autour d’une rue principale entrecoupée de placettes, avec son jardin public en périphérie , son monument  aux morts, le campus , dans sa partie piétonne , est comme un village, agrémenté de coins de repos, bassins, fontaine et bancs ombragés, pour permettre au mieux l’étude , la conversation et l’échange.
  • On y voit un musée des moulages, bâtiment singulier dans un campus universitaire français construit dans les années 1960
  • Labellisé Patrimoine du XXème siècle en 2011, l’ensemble du su site est reconnu par le ministère de la culture et de a communication pous sa qualité urbaine, architecturale et paysagère
  • Une œuvre d’art est extrêmement présente et connue de tous : le grand mur dAlbert Dupin sert de fond de décor à une pelouse-jardin public, très fréquenté par les étudiants.
  • On y trouve deux hardins secondaires aux ambiances très diverses : le jardin du labyrinthe et le jardin inétérieur du bâtiment de l’administration, qui ouvre sur  la cafétéria.
  • Des solutions constructives, plastiques et décoratives astucieuses, ont été mises en oeuvre pour pallier le manque dargent dont a semblé souffrir le chantier entre 1963 et 1966, notamment dans la diversité et les contraste des matières industrielles employées, parfois détournées de leurs usages habituels.

9 bâtiments et ensembles architecturaux et paysagers remarquables :

  • le Musée des Moulages et le bâtiment archéologie
  • le bâtiment A  Azalaïs de Portiragnes
  • le bâtiment administratif Les Guilhem
  • la bibliothèque Ramon Llull
  • les bâtiments B Joe Bousquet et C Jean Cocteau
  • l’allée centrale
  • le parc arboré
  • le jardin tropical du bâtiment administratif  Les Guilhem
  • les patios du musée et  du bâtiment archéologie

Les commentaires sont fermés.