#5 Sagalassos. Première ville de la Pisidie et perle du Taurus (Turquie)

 16 mars 2016

Salle Rabelais (conférence co-organisée avec l’Agora des Savoirs) / 20h30


MARC WAELKENS,
Professeur émérite d’archéologie,
Université catholique de Louvain (Belgique)


Découverte par un envoyé de Louis XIV en 1706, la ville de Sagalassos (sud-ouest de la Turquie), était réputée au XIXe siècle comme l’une des villes antiques les mieux conservées. Quelque peu oubliée à l’époque des grands chantiers de fouilles des métropoles de la côte égéenne, elle devint à partir de 1989 le lieu d’une des plus grandes fouilles du monde classique, distinguée par son approche interdisciplinaire. Conquise par Alexandre le Grand, la population indigène de la ville (les Pisidiens) fut vite hellénisée. Après incorporation dans l’Empire romain par Auguste en 25 av. J.-C., une élite visionnaire gouvernant la ville et consciente du potentiel économique offert par le monde romain, aboutit à une vraie métamorphose urbanistique qui n’avait rien à envier aux grandes métropoles contemporaines de l’Anatolie. Après avoir été reconnue en 118/119 apr. J.-C. comme centre officiel du culte impérial pour toute la Pisidie, elle subit une deuxième transformation. Christianisée dès le IVe siècle, la ville protégea encore pendant des siècles son patrimoine païen, tout en maintenant sa prospérité. Touchée par un premier tremblement de terre vers 500 apr. J.-C., la ville fut finalement réduite à une grande agglomération agricole par la peste ayant ravagé l’Orient en 541/542 ap. J.-C., et finalement à un village fortifié par un deuxième séisme, en 602- 610 ap. J.-C. Les Seldjoukides, devenus maîtres de la région au début du XIIIe siècle, déplacèrent les derniers habitants dans les vallées en contrebas du site. L’altitude de la ville (1470-1700 m) et une érosion spectaculaire ont épargné le site des pillages pour récupérer des matériaux de construction. De grands programmes de restauration en ont fait un des sites les mieux conservés et les plus spectaculaires de Turquie.

 

 

Les commentaires sont fermés.