#1 Sarapis et le prince

Mercredi 5 octobre 2016 /// Auditorium du Musée Fabre /// 18h30


Laurent BRICAULT
Université Toulouse – Jean Jaurès Institut Universitaire de France


Monnaie de bronze d’Hadrien frappée à Alexandrie

Quand Ptolémée fils de Lagos, ancien lieutenant d’Alexandre le Grand, devient roi d’Egypte en 306 av. J.-C., sa légitimité est loin d’être parfaitement établie. Dans l’effort qui est fait par le roi et ses deux premiers successeurs pour asseoir leur pouvoir sur la terre des Pharaons, la promotion du couple Sarapis-Isis, partenaire divin du couple royal, joue un rôle de premier ordre en Egypte et peut-être plus encore hors d’Egypte. Aussi, lorsque Cléopâtre se suicide en 30 av. J.-C., l’avenir de Sarapis, si étroitement lié à la dynastie vaincue et à sa capitale Alexandrie, paraît-il scellé.

Pourtant, par l’un de ces coups de théâtre dont l’histoire des hommes et des dieux est coutumière, un siècle plus tard, par la grâce de Vespasien proclamé princeps par les troupes romaines stationnées à Alexandrie, le dieu Sarapis fait un retour fracassant sur la scène méditerranéenne, qu’il ne quittera plus trois siècles durant, devenant bientôt l’une des principales divinités d’un panthéon gréco-romain en constante évolution.

La destruction par le fer et le feu, en 392 apr. J.-C., du magnifique sanctuaire du dieu à Alexandrie, un vaste complexe qu’Hadrien avait encore agrandi au début du IIe s. de notre ère, sonne pour beaucoup comme le glas des polythéismes méditerranéens antiques.

C’est cette alliance décisive entre le maître de Rome et celui d’Alexandrie que l’on se proposera de retracer lors de cette conférence.

Les commentaires sont fermés.